AccueilpeintresPhotosInformation  
Artistes Gustave Klimt
Le théâtre de TaorminaPortrait de Sonja KnipsNuda VeritasLe BaiserLes trois âges de la femmeLa Jeune FilleLes AmiesFrise BeethovenPortrait d'Émilie FlögeLa médecine, hygieONDINES

Gustave Klimt


Frise Beethoven

Dans cette scène, les aspirations de l'humanité, symbolisées par les figures de femmes flottantes apparemment endormies, ont vaincu les forces du mal. Elles ont atteint le royaume de l'art, représenté par la joueuse de harpe. Et, comme le dit le catalogue de l'exposition : « Les arts nous emmènent dans le royaume de l'idéal, le seul endroit où nous pouvons trouver la joie, le bonheur et l'amour purs. » Klimt n'a fait ici qu'exprimer une « religion ~ esthétique très répandue dans les années 1890 et 1900 et fondée sur la conviction que l'art n'est pas uniquement un plaisir, ni même une expérience intérieure, mais est un mode de vie et la voie du salut. Tel était en fait le message de la statue réalisée par Max Klinger (qui montrait Beethoven comme un demi-dieu), et celui du temple dédié au grand compositeur par les artistes de la « Sécession ».